La différence dans la répétition

Life in the Open Space par pietroizzo CC by-nc-sa 2.0

« Le quotidien c’est la différence dans la répétition » écrivait Baudrillard. Le similaire des journées qui s’enchaînent. Dans ce livre, Joachim Séné le traduit par l’identique de l’entame de chacun de ses paragraphes :

« C’était subir chaque matin la stridence du radio-réveil, l’appel au levé, au garde-à-vous et avoir, à ce moment, depuis son lit, la vision du bureau, là-bas, et du temps à y passer, assis, tête baissée vers l’écran. »

« C’était raconter son weekend, se faire raconter les weekend des autres, c’était s’y croire encore un peu, en weekend, jusqu’à dix heures, dix heures vingt et, café en main, se disperser, chacun à son poste de travail, dans l’engourdissant ronron des machines. »

« C’était envoyer un mail trop vite, oublier la pièce jointe, ou regretter une tournure qui pourraient paraître imprécise, blessante, arrogante ou trop timide. »

« C’était garder le casque au bureau, derrière l’écran, et avoir posé la tour de l’ordinateur sur le bureau, côté couloir, près de l’écran, rempart naturel contre les assaillants du jour. »

« C’était ». Au passé car l’auteur se souvient. Une année de travail reconstituée semaine après semaine. Fruit d’une écriture à « contrainte temporelle » réalisée sur le blog Le Convoi des Glossolales.

La similitude du début de chaque phrase martèle un rythme. Celui de la journée. Mécanique. La forme du texte rejoint son support. Électronique. Après quelques « c’était », le lecteur appuie sur le bouton. Une nouvelle page s’affiche. Il y a d’autres « c’était »…

Plus encore, l’esthétique  se joint au propos. Car le narrateur est informaticien. Il travaille dans un open space. Succession de tâches. Face à face avec l’écran. Un univers de travail quasi-déshumanisé. Ce « monde à la fois sursocialisé et désocialisé », cette « sorte de « désert surpeuplé »» dont parlait Castoriadis. La poésie du quotidien, la subjectivité sont dans le code. Le bruit des claviers, le stress, la sensation d’être agressé dans son intimité. Mais aussi les pauses clopes, les discussions à la machine à café, les déjeuners qui s’éternisent entre collègues. Moments de liberté et de chaleur volés.

Working spaces par Marc Ben Fatma CC by-nc-nd 2.0

La sensation sourde d’une aliénation. D’un temps en permanence contraint. L’impossibilité de sortir de soi ou bien la certitude d’être empêché par les autres ? Le réveil, les transports en région parisienne ; un ensemble de rituels à la fois rassurants et déprimants. Cette ombre féminine qui apparaît puis disparaît dans le métro. Ces syndicalistes qui n’osent pas. Ce mouvement de grève nationale sur les retraites que l’on voit passer. Sans bouger. Sans rien dire. Tête baissée.

Alors on se dit que le travail est un refuge. On fera des heures supplémentaires. On appréciera le silence de l’open space tard le soir. Lorsque tous les collègues seront partis. Il ne restera que quelques cadres supérieurs. Des commerciaux. Et puis on sera seul. On sera fier de ce qu’on fait. On se dira « c’est pas mal, ça ». On aura encore l’impression d’avoir un savoir-faire. Voire même un peu d’espace pour sa créativité. Et puis sans fin, cela recommencera.

C’était la difficulté de se sentir libre dans le salariat. C’était la recherche fugace, maladroite, pressée d’une évasion. C’était un texte qui décrit parfaitement et avec beauté la vie au travail de pas mal de gens. C’était un texte qui en lui-même constituait une échappatoire à cette sorte d’enfermement.

Joachim Séné, C’était, Publie.net, coll. Temps Réel, 09/12/2011

Lire des extraits sur le site de Publie.net.

Publicités

A propos Alexis

Bibliothécaire.
Cet article, publié dans Les bibliothécaires ont lu, est tagué , , , , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s